Gerda SUTTON (1923-2005)

Gerda Sutton naquit à Bedford, en Grande Bretagne, le 3 avril 1923.

Après des études scientifiques, et plusieurs années de travaux dans la recherche atomique (d'abord à Montréal, Canada, puis à Harwell, Angleterre), elle décida de se consacrer entièrement à sa passion, la peinture.

En 1955, après s'être installée à Paris, elle entra à l'Académie d'André Lhote (1885-1962), peintre cubiste, théoricien de l'art et professeur (il fonda son école en 1921, où étudièrent des artistes aussi variés que William Klein, Tamara de Lempicka, Bertrand Dorny, Henri Cartier-Bresson ou Robert Wehrlin, par exemple). Elle y rencontra entre autres le peintre Frédéric Men-guy, qui l'amena à participer vers 1965 aux manifestations du groupe Reflets. Après son style réaliste des années cinquante, elle pratiqua une peinture de paysages légèrement cubistes, ou celle de personnages stylisés et expressionnistes qui évoquent Otto Dix.

Sociétaire depuis 1977 de l'Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (fondée en 1881 par la sculpteure Hélène Pilate Alletit Bertaux), elle participa entre 1967 et 1993 à une quinzaine de leurs expositions annuelles. Elle participa également à de nombreuses expositions, seule ou en groupe (Paris, Biarritz, Cannes, Anconina...).

À partir de la deuxième moitié des années quatre-vingt, après la vague des attentats à Paris puis la guerre du Golfe, sa peinture se radicalisa. Mêlant peinture et collages, elle raconta la violence, la ville, la presse, l'injustice à la manière d'un Basquiat.

Son atelier se trouvant dans le dixième arrondissement de Paris, elle participa depuis les débuts, et jusqu'en 2003 (où seule la maladie l'empêcha de continuer), à toutes les Portes Ouvertes des artistes de ce quartier.

Elle mourut à Paris le 30 septembre 2005, laissant plus de 200 toiles derrière elle. Une très belle vente d'atelier a permis à un large éventail de professionnels et de particuliers de la découvrir.